Helene Colpin en Inde!!

Au moins deux fois par jour je dois prendre le taxi pour me déplacer. Mais attention pas n’importe quel taxi, je ne parle pas ici des véhicules de « Delhi Police » (oui il y a une agence de taxi qui s’appelle Delhi Police, ça pourrait être trompeur…) mais de l’auto-rickshaw, un des symboles de l’Inde.

rickshaw

C’est donc dans ces engins aux couleurs jaunes et vertes de Delhi (les couleurs changent d’une ville à l’autre) que je monte un peu moins de deux heures par jour (à quelques embouteillages près) pour me rendre au travail.
Et malgré le fait que l’on soit en première ligne pour respirer les gaz d’échappement et la dense poussière, que l’on doit supporter l’air brulant (il fait 45° aujourd’hui à Delhi) qui nous hâpe lorsque nous roulons, j’adore prendre l’auto-rickshaw. Ça permet d’observer un tas de choses et puis j’adore la façon « mario kart » qu’on les chauffeurs de conduire.

enfant inde

Les aventures d’un passager de rickshaw commencent par l’approche du rickshaw-walla*. Enfin quand on est blanc c’est bien souvent eux qui nous approchent, flairant la bonne affaire.
En effet avant de monter dans l’engin il faut négocier sa course et bien souvent ils essaient un peu de faire une marge de quelques dizaines de roupies supplémentaires.
Il y a trois mois je ne connaissais pas les prix et me faisais bien avoir parfois.
Tous les matins il fallait que je bataille pour avoir mon rickshaw à moins de 200Rs (Sarita Vihar- Noida sector 64 en vaut moins de 150). La première semaine je me souviens avoir payé 220Rs ce qui a bien fait rire les filles au bureau. Mais depuis je ne me laisse plus faire et arrive bien souvent à imposer mes prix. La technique est assez simple : avoir l’air sur de soi !

Quand on leur demande le prix « kitné ?** » souvent ils répondent un prix hallucinant parce qu’on est blanc. Le mieux est, avec le sourire, de leur répondre « né… tourist né bhai-ya***» ou encore « Nééé I live here know the price » et ce qui marche souvent pour imposer son propre tarif est dire « I know it’s a good price ».
Il faut voir ça comme un jeu et ça devient rigolo.

enfant inde

Enfin ça ne m’a pas empêché de m’être fait trop arnaqué le weekend dernier. Pour me rendre à un marché dans Delhi je suis tombée sur un rickshaw-walla qui n’a pas négocié le prix mais m’a dit de payer au “meters” (compteur kilométrique obligatoire sur tous les rickshaws mais très peu utilisé en fait, avec ce dernier il faut compter environ 5Rs du kilomètre d’après mes calculs) donc nickel ok je monte dans le Rickshaw, le conducteur, qui ne parlait pas un mot d’anglais, c’est trompé de route plus ou moins volontairement donc détour, donc augmentation du tarif au compteur. De plus, il n’avait pas mis son compteur à zéro lorsque nous sommes montés dedans.
Résultat à l’arrivée il a voulu nous faire payer 170Rs pour un trajet qui en vaut 60. Super malade ce jour là et donc ayant très peu de patience j’ai un peu haussé le ton, j’ai sorti quelques billets de ma poche les ai compté et lui ai fait croire que de toute façon je n’avais pas plus et suis partie.
Enfin ce genre d’arnaque ne m’est arrivé qu’une fois et c’était aussi la première fois que j’avais à m’énerver sur un rickshaw-walla qui sont pour la plupart assez paisibles et honnêtes.

Une autre fois, lors de la négociation un chauffeur m’avait demandé 500Rs pour aller au boulot parce qu’il n’avait pas le permis pour aller à Noida (qui n’est pas dans le même état que Delhi mais en « Youpi » soit UP ou encore Uttar Pradesh).
Mais cela avec un sourire jusqu’aux oreilles pas crédible du tout. Depuis à chaque fois que je le croise, il me dit « namaskar Madame » et il un matin il m’a même transporté jusqu’à un autre rickshaw (qui a lui le permis pour Noida) sans que je lui demande rien et sans me demander une roupie, juste pour me rendre service, ça fait plaisir les matins comme ça !

Niveau tarif, il faut aussi savoir que le prix est négocié pour la course et non par nombre de passagers. Bon à trois dans un rickshaw c’est le maximum pour un minimum de confort (même si les indiens y montent à 10.. mais ils sont fous ces indiens). Cela dit je suis déjà monté avec 4 amis (trois assis derrière, un sur leurs genoux et un à coté du conducteur), c’était marrant mais on ne fait pas ça tous les jours.

enfant inde

Je conclurai en vous renvoyant sur le superbe projet de Solhimal et de quelques élèves de mon école (l’ENSIB) qui ont pour objectif la construction de rickshaw « développement durable» à Gurge au Népal. Permettant aux conducteurs de posséder leur propre véhicule grâce au micro-crédit, des véhicules conçus en matériaux composites en France et fabriqués au Népal.

*Rickshaw-walla= conducteur (voir pilote de l’extrème dans certain cas) de rickshaw.
**kitne= combien
*** bhai ya= frère

Quelques liens:
The Rickshaw Run
Carnet de Rickshaw
Les Rickshaws Solaires débarquent en Inde



6 commentaires concernant l'article“Pas Fast and des fois Furious: aventures en auto-rickshaw”

  1. maman a dit :

    Maintenant que tu arrives à imposer le prix de ta course en rickshaw tu vas pouvoir demander ta carte de citoyenne de Delhi !!! :wink:
    Super article comme d’hab et heureuse de voir tout de même que ces allers-retours looooooongs ne sont pas trop une corvée tout de même grâce à la joie de la découverte d’un autre monde.

  2. mhd a dit :

    bonjour!
    super original ce post! une question: tu lances des oeufs sur les autres autoRickshaw comme dans mario Kart? en tout cas pas mal la négo deux fois par jour! Encore un truc qui serait cool à Lille! bon yen a bien un qui traine au centre ville mais il est très lent et uniquement dans les rues pietonnes!

    bon courage!

    merci beaucoup!!

  3. Hln qui veut passer son permis Rickshaw a dit :

    Lol des fois je lance des peaux de bananes :-D (c’est presque vrai en plus).

    Là je ne négocie plus depuis que mes colocs sont arrivés, on a notre rickshaw-walla attitré, c’est pas marrant!

  4. maman a dit :

    ah zut tout le “charme” de la journée qui disparait :wink:

  5. Le livre de la jungle » Blog Archive » Y a pô de sot métier! a dit :

    [...] y a bien sûr les rickshaw-wallas que je ne présente [...]

  6. Le livre de la jungle » Blog Archive » Hit the road “Yak” a dit :

    [...] “Pas fast mais des fois furious” et “Le code de la route indien pour les nuls“, voici un article qui complète la [...]

Laisser un commentaire