Helene Colpin en Inde!!

Catégorie ‘Conseils aux voyageurs’


Je profite de la publication de mon témoignage sur le site Kosmopoli pour vous proposer un résumé de mon expérience à Delhi.

Kosmopoli est un site communautaire d’entre-aide d’expatriés. Vous y trouverez tous les conseils, les contacts nécessaire et des témoignages pour réussir votre expatriation dans le monde entier.

Vous pouvez retrouver mon témoignage ICI.

Vivre en Inde : le témoignage d’Hélène, en stage à New Delhi
L’Inde, son Taj Mahal, ses vaches sacrées, et… ses entreprises d’informatique. En effet, les fortes compétences des indiens dans ce dernier domaine font de l’Inde une terre de sous-traitance ou de délocalisation croissante pour les entreprises occidentales. Le grand nombre d’indiens très qualifiés, en développement web notamment, fait que de nombreux projets sont réalisés à moindre côut dans ce pays.
Pour assurer un suivi efficace de ces projets, il est cependant hautement recommandé d’y envoyer son propre coordinateur et de ne ne pas tout déléguer à des interlocuteurs locaux. Ce fut justement le cadre de la mission confiée à une jeune française, Hélène Colpin, qui acheva ses études d’ingénieur par un stage en Inde de plus 6 mois en 2009. De retour en France depuis la rentrée 2009, elle nous apporte son témoignage sur cette expérience qui lui a déjà permis de trouver un emploi.

- Peux-tu te présenter en quelques mots ? Age, Nationalité, région d’origine, situation…

Je suis Française de 22 ans originaire de Lille.
J’ai fait des études d’ingénieur en “Maitrise des Risques” à l’ENSI de Bourges.

- Combien de temps as-tu vécu en Inde ? Où exactement ?

J’ai vécu six mois et demi (de février à aout 2009) à New Delhi au Sud de la ville, dans le quartier calme Sarita Vihar.
Je travaillais à NOIDA, au sud de Delhi, dans une joint-venture franco-indienne dans le secteur du web.

- Quelles furent les motivations de ce départ en Inde ?

En tant qu’étudiante en école d’ingénieur je ne pouvais imaginer terminer mes études sans une expérience à l’étranger.
Je souhaitais partir dans un pays très différent de la France et étais passionnée de culture indienne/himalayenne.
De plus, ma spécialisation étant l’informatique et de plus en plus d’entreprises travaillant avec l’Inde dans ce secteur, je me suis dis que ce ne pourrait être qu’un plus pour ma future carrière. Alors pourquoi ne pas allier l’utile à l’agréable ?

… lire la suite de mon témoignage

Autre témoignage Sortir à Delhi

Ecrit le 3 octobre 2009 par helene  |  1 commentaire »

En attendant de raconter mon séjour Népalais voila un article qui pourrait bien être utile aux voyageurs qui, comme moi, souhaitent refaire faire (ou juste faire faire) un VISA Indien(touriste) a Katmandou.

L’objectif premier de mon court voyage au Népal était de re-obtenir le fameux sésame pour pouvoir terminer mon stage en Inde mon VISA tourist de 6 mois étant arrivé a expiration.

Il faut bien l’avouer faire (ou refaire) faire son VISA n’est certes pas compliqué mais par contre qu’est-ce que c’est pénible. Et pourtant je suis habituée aux “lenteurs” indiennes sans vouloir être désagréable avec quiconque.

L’obtention du VISA touriste se fait en une petite semaine, soit deux visites a l’ambassade indienne.
Pour se rendre à l’ambassade préciser bien a votre taxi “Indian Embassy in Lazimpat”. En effet il existe un gros building dans Katmandou sur lequel est marqué en grand “Indian Embassy”. Mais l’ambassade ce n’est pas comme le Port-salut ce n’est pas marque dessus et elle se trouve en fait en peu plus a l’écart juste a cote de l’ambassade britannique.

Donc comme je disais précédemment il faut s’y rendre trois fois sur deux journées différentes.

Le premier jour, le lundi pour beaucoup de monde, il faut se présenter a l’ambassade afin que celle-ci envoie un “telex” (un fax) a notre pays d’origine pour vérifier je ne sais quoi.
Cela coute 300 roupies népalaises.

Il est précisé a l’entrée de l’ambassade qu’elle ouvre a 8h30am.
Mais en réalité il faut convertir ça en “indian time” soit 9h30. Bon si, comme a ma deuxième visite, vous attendez dehors sous la mousson les gardes auront peut être pitié et ouvriront peu être avant.

Si l’ambassade ouvre à 9h, cela ne signifie pas qu’il faille y être a 8h30, particulièrement le lundi ou il y a énormément de monde (80 personnes pour moi, en hors-saison touristique). J’y étais a un petit 7h30 et étais numéro 25 sur la liste d’attente.
Il est aussi bon de savoir que les fameux telex ne sont plus envoyés après 12h.
Cela m’a d’ailleurs fait bien rire. Car si les gardes nous laissent rentrer a 9h/9h30 les bureaux eux n’ouvrent pas tout de suite. Mais non a 9h30, les employés nettoient leur ordinateur, font je ne sais quoi mais ne se mettent à travailler qu’à un bon gros 10h.
Donc quand 80 personnes attendent pour leur telex je doute qu’ils arrivent à s’occuper de tout le monde en deux heures.
Je conseille donc d’être la vers 7h30/8h maximum .

Pour cette première matinée à l’ambassade, munissez-vous, outre d’un bon gros livre et/ou d’un baladeur avec une autonomie d’au moins 4h, de votre passport, d’un crayon noir pour remplir leur formulaire de telex, de 300 roupies et surtout de beaucoup de patience (4h m’auront été nécessaire pour juste donner ce petit formulaire et pour en récupérer un autre).

Le deuxième jour (on m’avait dit de revenir le vendredi) vous devez revenir avec le formulaire que l’on vous à donné à remplir, votre passport bien sur, une photo d’identité, votre preuve de payement du telex et 3050 roupies népalaises pour un visa touriste de 6 mois multiple entrées (et si comme moi votre VISA vient juste d’expirer ramenez-en une photocopie).
Comme le premier jour arrivez tôt le matin même s’il y à mois de monde le vendredi que le lundi.

Le matin vous n’avez qu’à donner vos documents dument complétés et on vous dira de revenir a 16h30 récupérer votre passport (avec la preuve de payement du VISA), avec le VISA, ou non surprise…
C’est d’ailleurs assez marrant le vendredi soir, les gens ont l’air tout stressés, un peu comme s’ils attendaient les résultats du bac et au final c’est, pour la majorité, avec un grand sourire qu’ils quittent, enfin, l’ambassade

Résultat pour moi, des heures d’attentes, de sympatiques discussions avec les autres candidats au périple indien et… un VISA de trois mois entrée unique (a la place de mon 6 mois entrées multiple… bien sur ils ne remboursent pas la différence) mais ce n’est pas grave l’essentiel est que je puisse rentrer en Inde!

J’allais oublier de parler de l’obtention du VISA népalais.
Rien de plus simple, rien ne sert de courir à l’ambassade du Népal. Il suffit d’arriver à l’aéroport de Katmandou, ou ailleurs au Népal d’ailleurs, et de donner des sous (25 dollars pour un “tourist 15 jours” ) et une photo d’identité.
En moins d’une demi heure pour moi le tour était joué.
Le VISA est payable en à peu prés n’importe quel monnaie à part la roupie, qu’elle soit népalaise ou indienne (ce qui est logique puisque les indiens n’ont pas besoin de VISA pour se rendre au Népal).

Voila, bon courage aux futurs candidats!

Ecrit le 8 août 2009 par helene  |  3 commentaires »

Dans la rubrique « Conseils aux voyageurs » je vais tenter de répondre à la question qu’on se pose tous avant de partir pour la grande aventure Indienne : comment survivre aux attaques des maladies tropicales en tous genres?
Un article qui je le pense va vous laisser rêveur (il en faut de temps en temps)!

Dabord, il ne faut pas se leurrer personne ou presque n’échappe à la tourista, on a beau faire super attention, se laver les dents à l’eau minérale manger des plats les moins épicés possible dans des resto semblant digne de confiance, Esherisha Coli ne laisse en général qu’une première semaine de répis avant de sévir les deux ou trois semaines suivantes.
Enfin rien de grave, un smecta au petit dej’ en guise de complément alimentaire et c’est reparti.
Je conseille donc aux voyageurs de venir avec des réserves de ce fameux plâtre intestinal sans pour autant emporter l’armoire à pharmacie.
On trouve ici des médicaments très bien pour ce genre de souci mais s’il faut aller chez le médecin à chaque fois qu’une rechute de tourista pointe son nez on n’est pas sorti de l’auberge.

Si cependant vous devez quand même vous rendre chez un médecin à Delhi, aucun souci à se faire, il y en a de très compétents.
Cette semaine à l’aide de quelques amis « protozoaires » (un peu envahissant comme potes, il faut bien l’avouer) j’ai testé pour vous les médecins de Delhi !!

Incapable d’aller plus loin j’ai dabord testé le médecin de quartier à Sarita Vihar. La consultation qui m’a couté 300INR ne m’a pas convaincu. D’une part j’ai trouvé ça cher pour un médecin de quartier, d’autre part le médecin a mis trois heures à comprendre ce que je lui disais, c’était pourtant pas bien compliqué, et m’a à peine ausculté.
Donc, à part si on vous a dit du bien de tel ou tel médecin je déconseille de sauter sur le premier venu.

Le mieux est de se rendre directement à Apolo Hospital, le plus gros hôpital de Delhi, à Sarita Vihar (Sud de Delhi) très réputé en cas d’urgence ou dans une clinique du groupe Maw Healthcare Hospital, il y en a plusieurs à Delhi.

Celle dans laquelle je me suis rendue se trouve à Panchsheel Park au dessus de GK. C’est à une demi-heure de rickshaw de Sarita Vihar, ça fait loin quand on est malade, mais au moins on est sur d’y trouver un établissement super moderne, clean, et des médecins, toutes spécialités confondues, très compétents.
On y est très bien accueilli par Monsieur « May I help you », tout le monde y est très serviable et parle un anglais parfait (utile pour comprendre et se faire comprendre quand on ne maîtrise pas le vocabulaire médical).
L’attente n’est pas longue du tout comparée à la France et cela malgré le fait que la salle d’attente est en quelques sortes un lieu de rassemblement pour expatriés (Mieux que les soirées « Expat’ branchouille » à l’Urban Pind : les matinées « bide en vrac » à Panchsheel park).
Là une consultation coûte 250INR (3,75€) et pour ce prix vous n’êtes pas traité comme du bétail pour autant. Le médecin prend le temps de comprendre ce qui vous arrive et d’assurer votre suivi pour être sur que le traitement suit son cours.

Sinon il existe également une clinique uniquement pour les femmes nommée « La Femme » à GK2 block S. Je n’y suis jamais allée mais de l’extérieur cela ressemble à un hôtel de luxe, rien que pour les costumes des portiers cela vaut le coup de tomber malade.

Suite à la consultation en général il faut se procurer les médicaments qui vont avec.
Dans ce genre de clinique ce n’est pas trop compliqué, chacune possède sa propre pharmacie.
Dans la rue ce n’est pas bien compliqué non plus, on en trouve très facilement même si elles ne possèdent pas toutes l’ensemble de la pharmacopée (mais au pire on y trouve du Galac… oui oui les fameuses barres de chocolats blancs avec un dauphin dessus, sauf qu’ici le dauphin c’est une vache comme par hasard).
Il est également bon de savoir que les ordonnances sont réutilisables à volonté et cela dans n’importe quelle pharmacie quels que soient les médicaments.

Certaines pharmacies proposent même les livraisons à domicile gratuite ! Et oui l’Inde c’est le pays du Service, on peut se faire livrer gratuitement tout et n’importe quoi. Je suis sûre que si je leur commandais une barre de Galac ils me la livreraient !

Donc voilà, la dysenterie vous dit merci et j’espère avoir rassuré les futurs expat’ quand à la qualité des soins en Inde. Le tourisme médical y est d’ailleurs en plein boom, il est prédit comme la deuxième industrie indienne d’ici 2012 (2e après le secteur des IT).

Ecrit le 16 juin 2009 par helene  |  6 commentaires »

Etant donné que pour préparer mon voyage je surfe sur tout un tas de websites et autres blogs pour trouver des renseignements sur l’Inde, j’ai donc crée ma propre rubrique permettant de faire partager mon retour d’expérience.

J’ai écris ne première version de cette article avant mon premier séjour en Inde. Aujourd’hui (en 2012) j’essaie de le mettre à jour avec un peu de recul et d’expérience de la vie là bas.

Voici la liste des vaccins conseillés :

Bon perso je n’étais pas à jours des vaccins de bases ( ROR, DTétanosP) mais en plus de ceux là il m’a été conseillé d’en faire quelques autres:
-fièvre tiphoïde (non remboursé, environ 30€)
-Hépatite A car elle s’attrape facilement en buvant l’eau indienne pas forcemment très pure(non remboursé, environ 40€)
-Hépatite B
- Rage : je n’ai pas fait ce vaccin mais il peut être rassurant de la faire étant donné le nombre impressionnant de chiens errant et singes agressifs que l’on peut croiser dans les rues des villes indiennes.

Palu à Delhi?

Au niveau du palu, partant six mois en zone urbaine, qui plus est poluée (donc moins de moustiques), je ne prendrais à priori pas le traitement préventif à Delhi. Bien sûr il y a toujours un risque mais le traitement, surtout pris 6 mois, comporte des effets secondaires relativement gênants.
Je me contenterai donc ,pour me prémunir de toutes attaques mesquines de ces bestioles, d’investir dans la moustiquaire (entre 25 et 40€ selon les sites), les répulsifs pour vêtements méga puissants à la Permethrine (recommandée par l’OMS) et les répulsifs cutanés.

Edit: Bon en fait j’ai quand même acheté deux boites de Malarone (traitement anti-palu) en cas d’excursion en terrain conquis (par les moustiques). C’est un traitement à prendre pendant le séjour et à continuer une semaine apres (soit prendre 10 cachets pour un weekend de 3 jours dans la cambrousse).
Bon il faut juste feindre de ne pas avoir l’air surpris quand la pharmacienne vous demande 45€…. par boîte de 12 petits cachets!

Ci-dessous mes cadeaux de Noel spécial Inde:

Mes cadeaux de Noel

Mes cadeaux de Noel

Ecrit le 22 octobre 2008 par admin  |  5 commentaires »